devenir-assistante-virtuelle

Comment Devenir Assistante Virtuelle et Travailler Depuis chez soi

Si le métier d’assistante virtuelle figure dans ma liste des 10 meilleurs business pour femme ou mère au foyer ou au chômage, ce n’est pas pour rien ! Il est un parfait exemple du type de métier qui permet de s’épanouir professionnellement, tout en étant présente à la maison pour préserver sa vie de famille. C’est en tout cas le choix que Céline MICHELOT a fait il y a 10 ans. Sa vie type « métro boulot dodo » ne lui convenant pas, elle a décidé d’en changer ! Je suis persuadée que, comme moi, vous allez être boostée par son énergie communicative et sa détermination ! Si vous aussi vous voulez changer de vie, prenez le temps de lire cet article car vous aurez peut-être les réponses à vos questions. Si vous êtes multi-compétences et que travailler depuis chez vous ne vous fait pas peur, n’hésitez plus ! Céline nous explique comment devenir assistante virtuelle et nous raconte même comment grâce à ce job elle a réussi à faire évoluer sa carrière.

Place à notre entrepreneuse de la semaine !

Céline, peux-tu te présenter aux lectrices de Femmes Ô Business ?

Je m’appelle Céline, je suis maman de 2 enfants de 11 et 6 ans. Je suis blogueuse, rédactrice web SEO, et bien d’autres choses encore. Je suis surtout webentrepreneuse.

Quand et comment as-tu découvert le métier d’assistante virtuelle ?

Quand ma fille est née, mon mari et moi vivions à Paris et j’avais environ 3 heures de transport par jour. Lors du congé maternité, je ne me voyais pas reprendre et laisser mon bébé aussi longtemps tous les jours à une nounou !

J’ai alors commencé à me renseigner sur le télétravail et ce que je pouvais faire. Mon emploi salarié était assistante de direction bilingue et mon boss de l’époque n’était presque jamais présent au bureau, nous faisions tout à distance. Je me disais qu’il n’y avait pas de raison pour que je ne puisse pas moi aussi travailler de la maison.

De plus, j’ai même aidé mon patron à distance en faisant une partie de mon travail, alors que j’étais en congé maternité, car ma remplaçante n’arrivait pas à tout faire !

Malgré cela, ma demande de télétravail a été refusée. Il fallait que je trouve une solution pour ne pas reprendre un rythme de vie infernal.

J’ai creusé la piste du travail à distance, qui n’était pas du tout courant en 2009. Lors de mes recherches, je suis tombée sur des personnes qui faisait du télésecrétariat indépendant. Je me suis dit que cela pouvait coller. Comme je ne voulais pas proposer les prestations classiques de facturation et de standard téléphonique, je me suis démarquée avec des prestations d’assistanat de direction et de support linguistique. J’ai suivi une formation sur le télétravail indépendant pour être sûre de maîtriser mon sujet.

À lire aussi : Comment devenir Décoratrice d’Intérieur ?

Pourquoi es-tu devenue assistante virtuelle ?

À cause – ou grâce – à ma situation personnelle, tout simplement ! J’avais également confiance dans mes compétences et je pressentais que le télétravail avait un bel avenir devant lui (note de l’auteur : ma chère Céline, tu es visionnaire !). J’ai donc commencé au début des années 2010.

Que fait une assistante virtuelle ?

Quand j’ai commencé, une assistante virtuelle s’occupait essentiellement de la facturation et des tâches classiques de secrétariat. Moi je proposais de la création et de la gestion de tableau de bord, de la mise à jour de site internet, de la gestion de boîte mail et tout l’administratif que les indépendants détestent faire. Puis, j’ai vite évolué vers des prestations pour l’accompagnement et la création de contenu pour les réseaux sociaux et le contenu de site, même la création de sites internet.

Comment se sont passés tes débuts dans le métier ?

Plutôt bien je dois dire car j’ai commencé avec des clients dès la création. J’avais bien préparé mon départ de mon emploi salarié. J’ai travaillé mon réseau et j’ai eu des clients dès le premier jour.

On ne le dira jamais assez, mais le réseau et le bouche à oreille sont indispensables pour réussir en tant que freelance.

Aujourd’hui je vis complètement de mon métier, je gagne entre 2000 et 3000 € par mois.

Avez-vous pris connaissance de 🎊mon article Bonus 🎊 ? N’attendez plus pour le découvrir !

Quelles sont les compétences nécessaires pour devenir assistante virtuelle ?

Il y a en effet des compétences incontournables à détenir :

  • le sens de l’organisation (pas question de se laisser distraire !) ;
  • le sens du relationnel et le contact facile ; 
  • la prise d’initiative, il faut être force de proposition avec ses clients ;
  • la rigueur et la précision dans les différentes prestations que l’on propose ;
  • la réactivité. Il faut non seulement être à l’écoute, mais aussi savoir répondre dans des délais raisonnables sans tomber dans l’immédiat.

Peux-tu nous décrire une journée type ?

Il n’y en a pas vraiment à vrai dire ! En ayant plusieurs clients qui n’ont pas les mêmes besoins en même temps ni les mêmes délais, tout l’emploi du temps s’organise en fonction des deadlines de chacun.

Quand j’étais assistante virtuelle, je travaillais pour les clients entre 3 et 4 jours par semaine sur des journées assez classiques. Mon administratif et ma comptabilité étaient faits le vendredi après-midi, je bloquais ce temps spécifiquement pour ça.

Je ne travaillais et ne travaille toujours pas le mercredi et me règle sur les horaires d’école.

Penses-tu que ce métier soit idéal pour les mamans au foyer ou les femmes au chômage ?

Oui, il peut l’être, si ces personnes ont les compétences ou avait un métier similaire en tant que salariées.

Pour les mamans au foyer, il faut aussi qu’elles s’organisent pour avoir du temps de travail sans enfants à surveiller. Soit le papa est mis à contribution, soit il faut trouver un moyen de garde si les enfants ne sont pas scolarisés !

S’il y a des inconvénients ? Comme tous les métiers, il y a les bons et les mauvais côtés. Le souci est surtout dans le fait que toutes les femmes pensent qu’elles peuvent être assistantes virtuelles.

Celles qui n’ont pas vraiment les compétences tirent les prix vers le bas et desservent la profession. Pour justifier de tarifs honnêtes et corrects, il faut savoir se démarquer et prouver que les qualités et les compétences les valent.

Quels conseils donnes-tu aux femmes qui souhaitent se lancer ?

Devenir assistante virtuelle freelance c’est avant tout devenir chef d’entreprise. Il faut donc réfléchir avec le mindset d’un entrepreneur, penser à sa propre rentabilité. Il faut réfléchir à une stratégie, calculer, planifier, mettre des objectifs avant de se lancer. De la même manière, une personne timide qui ne veut pas démarcher, par timidité ou peur de se vendre, aura des difficultés à réussir. Enfin, il faut être sûre de pouvoir dégager quelques heures de tranquillité chaque jour pour pouvoir travailler et adapter ce temps aux missions que l’on accepte.

Pourquoi avoir changé de parcours ?

Parce que plus j’avançais avec des prestations liées à internet, plus je me suis passionnée pour le blogging. En y réfléchissant, j’apportais beaucoup de conseils aux entrepreneurs que j’assistais, je les accompagnais.

Le blogging est la réunion du conseil et des connaissances que l’on a envie de partager avec les autres, avec en plus la cerise sur le gâteau de parler de ce qu’on aime.

Internet offre des possibilités presque infinies et j’aime me renouveler pour aller vers ce qui me parle et ce pour quoi je pense pouvoir être utile aux autres.

Que proposes-tu à présent dans ton blog ?

Aujourd’hui, j’accompagne des mamans dans la création de leur blog de maman professionnel avec mamtrepreneure.com.

Je propose un accompagnement pour aider les mamans dans la création de contenu ou pour la partie technique que je connais et maitrise plutôt bien. J’aime les voir se dépasser et réaliser leur rêve. Leur succès est ma meilleure récompense.

Je me suis aperçue d’un manque terrible sur le web en ce qui concerne les mamans qui entreprennent en ligne. Être parent et entrepreneuse est déjà un défi en soi, mais nous ne parlons pas suffisamment des émotions, des tiraillements, des difficultés physiques et psychologiques que celui-ci représente.

C’est pourquoi je suis en train de préparer un nouveau projet qui sera un espace de parole pour ces mamans entrepreneuses. Elles pourront enfin parler ouvertement de ce qu’elles ressentent et découvriront qu’elles ne sont pas les seules dans ces cas. J’ai envie de les réunir pour créer une communauté forte et force de propositions pour travailler autrement. Ce projet verra le jour courant avril ou mai 2020.


Dire que je suis en phase avec Céline sur l’entrepreneuriat au féminin est un euphémisme ! Femmes Ô Business existe pour soutenir les femmes et mamans entrepreneuses ou qui veulent le devenir. N’hésitez pas à partager votre ressenti dans les commentaires !

👉Pour aller plus loin : ce qu’il faut savoir du métier

En plus de tous les éléments apportés par Céline, voici un petit mémo pratique pour être bien certaine que ce métier est fait pour vous :

  • Ce métier nécessite une certaine expérience professionnelle ou au moins une formation. Les BTS comptabilité-gestion, assistant manager ou encore le bac pro gestion-administration constituent de véritables atouts pour se lancer ;
  • l’assistant virtuel ne fait pas que du secrétariat. Si vous voulez sortir du lot, vous devez proposer des services qui vous démarquent de la concurrence. Cela peut être des compétences poussées en langues étrangères ou la capacité d’animer les réseaux sociaux d’une entreprise. À l’image de Céline, soyez créative et mettez en avant tout votre savoir-faire ;
  • le statut de micro entrepreneur est le plus adapté pour pratiquer cette profession. La comptabilité est simplifiée et les charges réduites les premières années ;
  • l’investissement de départ est très limité : un ordinateur, une connexion internet et … c’est tout ! Un bon point supplémentaire pour cette activité.

Besoin d’y voir clair ? Vous êtes totalement perdue avec votre (futur) business ?

Prenez rendez-vous, nous en allons en discuter ensemble ! 

Découvrez sans tarder mes formules d’accompagnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page